Grossesse, accouchement, nouveaux-nés

S’arrêter là

50767771_2642037585821427_7458304374150791168_n
Iris

 

Aussi longtemps que je me souvienne, j’ai toujours voulu avoir beaucoup d’enfants. Beaucoup, pour moi, ça voulait dire une dizaine… peut-être même plus. Je me souviens lors de ma préparation au mariage avoir déclaré vouloir dix-sept enfants. Je ne voulais pas me fixer un nombre, mais j’étais sûre que j’en voulais plein. Je voulais que ma maison soit remplie de rires, qu’on ne s’ennuie pas, qu’on ait toujours quelque chose à faire et de l’amour à partager. Ça faisait des années que je pensais bébé. Je vivais bébé ; je respirais bébé. Ça faisait des années que j’alternais entre grossesse et allaitement, nouveau-né et nausées matinales. Avec plaisir.

Mathias, de son côté, était plus réservé. Il affirmait vouloir aussi une grande famille, mais n’était pas aussi enthousiaste que moi sur le nombre. De toute façon, on s’était mis d’accord : on aviserait au fur et à mesure, et on déciderait ensemble.

Le désir de maternité en moi était si fort que j’avais sincèrement peur de ne jamais vouloir m’arrêter. Je savais que je ne choisirais jamais d’avoir un autre enfant sans que Mat le veuille aussi, mais j’étais persuadée que ce serait une souffrance énorme pour moi le jour où lui dirait stop. Alors je priais, désespérément, que Dieu m’enlève ce désir intense le jour où notre famille serait complète. Ça me paraissait impossible. Vouloir quelque chose aussi fort (même sans raison logique) mais y renoncer malgré tout ? Je redoutais ce moment.

Pendant ma dernière grossesse, alors que je portais notre cinquième bébé, je pensais au futur sixième imaginaire. Je parlais comme si c’était certain que, dans l’avenir « il » serait là  : « quand on aura notre prochain enfant… il faudra changer de voiture / comment est-ce qu’on organisera les chambres / on pourra utiliser ce prénom qu’on aimait bien »

Puis le 26 Novembre 2018 est arrivé. Je l’ignorais, mais ce jour allait devenir significatif : la naissance de notre cinquième enfant… mais pas seulement. En même temps qu’Iris est née, ce désir qui m’animait depuis toujours s’est envolé. Comme par magie, comme un symbole…? Ce 26 Novembre, ce n’était pas que le début de sa vie à elle sur Terre, mais c’était aussi le début d’une autre saison de vie pour nous. Soudain, j’ai senti que notre famille était complète. Je l’ai senti dans mes tripes aussi violemment que j’avais pu ressentir, des années durant, le désir d’avoir encore d’autres enfants.

Partie, l’envie d’un ventre rond. A la place, je me suis mise à rêver de ces cinq merveilleux enfants à élever, de la joie de les voir grandir ensemble, et de l’avenir qu’on allait pouvoir leur offrir. Ce « besoin » de porter la vie s’était transformé en soif d’investir dans les enfants que Dieu m’avait déjà donnés.

Je ne rêve plus d’un potentiel futur enfant. Là où je savais avec certitude que j’arriverais à gérer une famille (très) nombreuse, je ne suis plus sûre que ce soit quelque chose qui m’attire. Est-ce qu’on s’en sortirait si on avait un sixième bébé ? Certainement. Mais est-ce qu’on en a envie ? Eh bien… Non.

Non. La grossesse, la petite enfance, c’est génial. Mais c’est beaucoup d’investissement, de temps, d’énergie, de forces qu’on aimerait maintenant concentrer sur d’autres aspects de la vie de famille. On se réjouit à l’idée de pouvoir sortir sans emmener la poussette ou le porte-bébé. De ne plus être dans les couches. D’investir dans l’éducation des plus grands. De faire des nuits complètes ! Il y a tellement de choses qui nous plaisent dans l’idée de passer à l’étape suivante ! On va vivre d’autres choses et ce sera tout aussi génial. Sans vouloir que le temps passe trop vite, parce que je prends sincèrement beaucoup de plaisir à voir évoluer notre dernier bébé, je peux le dire : j’ai hâte !

Petit symbole : notre belle Iris a un prénom qui signifie « arc-en-ciel ». Un arc-en-ciel a sept couleurs, nous sommes sept à la maison, Iris ayant la septième et dernière place… Et c’était le thème qu’on avait choisi pour notre mariage : n’est-ce pas une belle façon de boucler la boucle ?

216900_246358462056030_7318120_n

Il y a d’autres raisons qui font qu’on pense honnêtement s’arrêter là. Des raisons pratiques, des raisons de santé, des raisons d’organisation, tout un tas de « bonnes » raisons qui n’ont finalement pas grande importance. Le principal c’est qu’on sait qu’on est sept et qu’on est bien à sept. On est VRAIMENT bien à sept.

Et vous savez quoi ? Notre maison est remplie de rires. On ne s’ennuie pas. Et on a toujours quelque chose à faire et de l’amour à partager. Alors même si le nombre d’enfants que j’ai ne correspond pas à ce que j’avais en tête il y a quelques années, je considère que mon rêve de toujours s’est réalisé.

50608266_2657189440972908_1677037965760528384_o

 

Publicités

32 réflexions au sujet de “S’arrêter là”

  1. Magnifique texte et quels symboles magnifiques dans votre mariage/famille !
    Je me retrouve beaucoup dans ton texte, sauf que pour moi, c’était 3 enfants dans ma tête et dans notre vie, c’est 2 parce qu’on est heureux comme ça à 4. Merci pour le partage !

    J'aime

    1. Superbe article! Moi j’attends d’avoir ce feeling que ma famille est complète mais j’ai toujours cette envie d’un 3e. On a toujours parlé d’en avoir 3 et maintenant que ma dernière à 2 ans je me retrouve dans une situation ou j’ai envie de retourner dans la vie active mais l’idée d’un 3e ferait repousser les choses… Puis monsieur n’est plus très sûr de vouloir passer ce cap. Il a peur car j’ai des grossesses à risques et aussi d’avoir des jumeaux haha. Puis on passe doucement le cap ou il n’ y a plus de « bébés » à la maison…

      J'aime

  2. Comme je vous comprends. J’ai eu 3 garçons et à la naissance du 3eme, c’était une évidence, nous étions au complet. Je n’avais plus aucun désir de maternité. Juste les voir grandir. Et une envie de retrouver un peu de liberté, faire plus de sorties coup de tête sans penser aux couches, tototte, bavoir etc… et puis votre histoire d’arc en ciel c’est une très belle conclusion A tout ça!

    J'aime

  3. Ce texte m a bcp touché. Car vous avez mis des mots sur ce que je ressens. Merci de partager votre vie avec nous!! Que Dieu vous garde et vous comble de ses bienfaits pour la suite de l aventure…

    J'aime

  4. J’ai trouvé cet article très beau et on ressent beaucoup de sérénité dans tes lignes.
    Heureuse de voir que votre équilibre est atteint et que. Vous allez évoluer tous les 7 pour de merveilleuses aventures.

    J'aime

  5. Comme c’est beau! Et comme je t’envie, aussi… Nous on en voulait 2, ou 3 à la limite. Mais quand n°2 et n°3 sont arrivés ensemble… mon envie d’un nouveau bébé s’est encore agrandie. On ne le fera pas, car absence d’envie du papa, pour des raisons pratiques, financières, de santé pour moi, de peur d’avoir encore des jumeaux. Et c’est un deuil à faire , vraiment, je le ressents comme tel.

    J'aime

  6. J’avais les mêmes peurs de ne pas savoir l’arrêter sereinement… Et a la naissance de notre 3 ème en octobre dernier, j’ai su… Sûrement que la grossesse mal vécu et l’accouchement traumatisant y sont pour quelque chose mais la j’en suis sûre je veux avancer vers autre chose ….

    J'aime

  7. Quel texte magnifique! Personnellement jetais du genre à dire 2enfants c’est bien puis avdc mon mari On a dit ok pour 3. Et maintenant que nous sommes avec deux enfants je m’imagine une 3e puis un 4e. Et je me posais justement cette question quand sait-on que c’est le dernier que ça y est nous sommes au complet. Je vois que notre Dieu est un grand Dieu et qu’il veille sur nous et qu’il sait même si nous nous ne le savons pas tout de suite. Que cette nouvelle saison soit belle et aussi inspirante que l’est celle que vous avez vécue. Et quel signe magnifique de l’arc en ciel. Iris est une merveille la 7e merveille weiner. Bravo et encore merci pour vos partages vous êtes inspirants au quotidien.

    J'aime

  8. Je me suis toujours dit que j’aurais au moins deux, ou trois, ou … peut être plus, d’enfant, mais surtout pas d’enfant unique.
    Et bah en fait, on s’est arrêtés à… une. Et on est bien comme ça !

    J'aime

  9. J’étais inquiète aussi, de voir mon envie d’un enfant de plus si forte après ma deuxième! L’idée de ne pas avoir de 3e me faisait l’effet d’un deuil quasi insurmontable. J’avais peur de devoir traverser ce deuil malgré un 3e, malgré un 4e etc… de ne pas s’avoir m’arreter, que mon corps et mon esprit m’en réclame toujours un de plus. ET puis non, comme toi, à la naissance de mon 3e, cette envie s’est arretée nette! Moi qui pleurait à la simple évocation de vendre ou de donner les vêtements de mes bébés, cette fois ci, je les distribue a tout va, sans scrupule ni larmiche. Une évidence: notre famille est complète! Comme je te comprends 🙂

    J'aime

  10. C’est magnifique.
    Tellement de signes, est ce une évidence ?
    Je suis aussi (presque) rassurée lorsque tu décris cette envie qui n’est plus la.

    3 enfants pour le moment, j’en aimerais d’autres. Nous parlons du 4ème et pour ma part je me vois bien en avoir encore après mais est ce raisonnable ?
    J’espère que tout comme toi cette envie disparaîtra lorsque ma famille sera complète. 🙂

    J'aime

  11. Cette pensée est arrivée à la naissance de mon 3 ème! Je ne m y attendais pas du tout! Je voulais aussi beaucoup d enfants…l envie de bébé, la grossesse, tout ça ne me disait plus rien. Non merci !
    Sure de moi j’étais 😊
    Puis presque 4 ans sont passés et l’envie est revenue, le désir du 4 ème est bien là (mon mari lui est toujours prêt à en accueillir un nouveau! Il ne me presse pas mais ça fait longtemps qu’il attend…tout en me laissant le dernier mot)
    Mais si vous êtes vraiment bien comme ça alors tel est votre Destin 😊

    J'aime

  12. Je n’ai jamais réfléchis au nombre d’enfant que je voulais. Mon mari était parti pour 2.
    Lorsque notre grand est né on s’est dit que si le 2ème était encore un garçon on tenterait le 3ème. A la naissance d’Anao il y a 6 mois mon homme m’a dit stop. Hors moi je ne veux pas. Juste après la naissance je me suis demandé quand on lancerait les essais pour bébé 3. Je n’ai pas vécu la grossesse comme étant la dernière. J’ai réussi à décider le papa pour un 3ème, on se laisse 1 an pour voir s’il s’installe ou non. Si non tant pis je renoncerais à une dernière grossesse mais on réfléchira peut être à une adoption.

    J'aime

  13. J’en voulais 6, j’en suis à 3 et je crois qu’on va s’arrêter là… pas de regret, pas de remords, on est bien comme ça.
    Mais petit, on était 7 à la maison et c’était génial!

    J'aime

  14. C’est tellement beau ! Je me retrouve un peu dans votre ressenti (et ce qui me touche) dans le sens où quand j’ai eut ma deuxième fille, ce petit bébé, ce nouveau-né qui était tout neuf, qui venait de rentrer dans notre vie, j’avais l’impression qu’elle avait toujours été là. C’était comme une grande sensation de bien-être, d’apaisement, de concrétisation complète de notre famille😊

    J'aime

  15. Je n’ai pas l’habitude de commenter mais j’adore suivre vos articles… Je ne pouvais pas m’empêcher de laisser un petit mot ici!
    Quelle belle façon de boucler la boucle en effet… Tout démontre que c’est la suite d’une belle aventure familiale ! Profitez bien de la suite !

    J'aime

  16. C’est tellement ça ! J’ai ressenti la même chose à la naissance de mon 4e enfant. Fini les grossesses, dernier allaitement, dernier pouponnage. Maintenant je veux les voir grandir 🙂

    J'aime

  17. Quelle belle sagesse d’esprit. J’aime la façon dont vous décrivez votre parcours de vie..et vos valeurs me plaisent beaucoup. Vous êtes une très belle jeune femme, belle dans le sens où vous vous positionnez dans votre vie.
    Je suis certaine que cet amour de la vie va vous permettre de marcher et d’avancer au côté de Matt et des enfants.
    Bonne route Heloise.
    Je vous embrasse.

    J'aime

  18. comme je me retrouve dans ce que tu écris, cette envie de bébés m’inquiétait un peu, je ne pensais jamais vouloir m’arrêter, et puis pour nous ce fut le quatrième qui mit fin à tout ça, comme par enchantement. Et rétrospectivement je pense que c’était bien ainsi; en grandissant les enfants développent d’autres besoins, et puis j’ai apprécié quand nous avons peu à peu retrouvé un peu de liberté, ciné ou resto. Chaque chose en son temps et à son rythme. Je vous souhaite beaucoup de petits et de grands bonheurs ensemble.

    J'aime

  19. En même temps, avec 2 enfants de plus tu pourrais compléter la dernière photo avec les habits arc-en-ciel. C’est un argument qui pèse lourd dans la balance, non ? ;o)

    J'aime

  20. J’ai accouché de ma 2e princesse fin décembre. Elle n’a donc pas encore 2 mois…et j’ai déjà des pensées pour un 3ème… ton article me parle énormément. Je pense que je sentirai notre famille complète avec 3 zouzous, mais j’ai peur que cette envie d’enfants soit intarissable. .. Déjà faudra-t-il que monsieur soit chaud pour un 3eme. C’est un bel article, Merci. Je suis heureuse que vous ayez bouclé la boucle sereinement !

    J'aime

    1. J’étais pareil juste après mon accouchement car je n’ai pas vécu ma 2ème grossesse comme la dernière.
      Ah toujours difficile de les décider ses hommes !!! Mais j’ai réussi avec 1 an d’avance sur ce que je lui proposais. Mais bon facile il rêve d’avoir une fille après 2 garçons …

      J'aime

  21. Magnifique votre grande famille à 7 !!!! C’est vrai que l’envie de faire des bébés me prend régulièrement …mais nous sommes bien à 4. En revanche, j’aime tellement la période de grossesse et les bébés que j’ai décidé d’accompagner les femmes enceintes et après les mamans avec leur bébé par la danse… Comme cela je suis toujours dans cet environnement si magique !!!!
    Sonia Danse Prénatale

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s