IEF et unschooling

10 bonnes raisons de ne pas mettre ses enfants à l’école

Scolariser ses enfants ou non, c’est une décision qui appartient à chaque famille et personne ne devrait se sentir jugé pour cela. Nous avons fait celui de ne pas mettre nos enfants à l’école… Un choix marginal ? Peut-être, mais nous ne sommes pas les seuls ! On a tous de bonnes raisons qui motivent ce choix. Sans ordre particulier, en voici quelques-unes, exprimées par ces familles d’enfants non-scolarisés :

 

1 – Pour respecter les intérêts de l’enfant

« Permettre à l’enfant d’être au cœur de ses apprentissages, acteur et non spectateur »

« Laisser son enfant se prendre de passion pour n’importe quel sujet sans qu’il soit bloqué car c’est l’heure de changer de matière ou parce que ce n’est pas au programme »

« Ça allait très bien jusqu’à ce que Camille entre dans une sixième classique. D’une enfant vive, curieuse, volontaire et douée pour plein de choses, elle est devenue une oie que l’on gave. Sept heures de cours par jour assise sur une chaise a noter des trucs qu’il faut ensuite en rentrant apprendre par cœur… »

« Nous souhaitons qu’ils apprennent librement pour conserver leur fougue intacte. »

« L’école publique fait tout pour que les enfants réussissent leurs examens. Nous voulons que notre fille apprenne à penser par elle-même et nous cherchons à lui initier un amour pour les apprentissages.

« Mon fils de 13 ans voulait étudier l’Antiquité, l’Histoire, et le latin, et il n’y avait pas ces matières à l’école. Comme il est académique, l’école aurait aimé le pousser à faire de nombreux examens alors qu’il n’y voyait pas l’intérêt. »

 

 

2 – Pour s’adapter au rythme de l’enfant et à sa propre façon d’apprendre

« Mon fils  n’atteignait pas son potentiel à l’école. Maintenant, il a une éducation adaptée parfaitement à sa façon d’apprendre. Il peut mettre de côté ce qu’il sait déjà et en apprendre beaucoup plus et beaucoup plus vite sur les choses qui l’intéressent »

« Nous sommes toutes les deux HP, ma compagne est dyslexique, et nous avons le sentiment toutes les deux que l’école nous a parfois tirée vers le bas, nous a coupé dans notre désir d’apprendre parfois. Il y a un côté trop aléatoire quand on voit comment tomber sur un « bon » ou un « mauvais » (pour nous) prof peut nous avoir transportées ou complètement fait détester certaines matières du jour au lendemain. Et globalement le sentiment qu’on aurait pu s’épanouir énormément dans certains apprentissages mais d’avoir du se freiner pour « attendre » le reste de la classe. »

« L’école ne sait pas comment s’adapter aux enfants qui ont des besoins particuliers. »

« Mon fils est autiste. Il était très mal pris en charge à l’école, les professionnels ne savaient pas comment l’aider et me disaient qu’il n’apprendrait jamais… Il a fait énormément de progrès depuis qu’on l’a retiré de l’école, mais surtout, il est visiblement plus heureux ! »

 

 

3 – Pour pouvoir prendre le temps

« C’est relax ! »

« On a choisi le unschooling pour avoir un emploi du temps soft et ne pas courir. »

« L’avantage majeur: le temps disponible, pour vivre, tout simplement, manger sainement en cultivant et récoltant nous-mêmes, cuisiner, fabriquer ce dont nous avons besoin, passer du temps avec ceux qu’on aime »

« Inutile de courir partout, de se dépêcher le matin, de se prendre la tête parce que tout le monde est sous pression… Nous, on regarde les enfants aller à l’école sous la pluie pendant qu’on boit un chocolat chaud sous la couette… »

 

 

4 – Pour éviter le harcèlement et la pression scolaire

« Ma fille faisait des crises d’angoisse à l’idée d’aller à l’école »

« La santé mentale de ma fille en pâtissait et cela jouait aussi sur sa santé physique »

« Depuis qu’elle avait commencé l’école, ma fille se renfermait sur elle-même »

« Avant, mon fils était embêté à l’école à cause de sa maladie. Il en avait des crises d’angoisse. Depuis qu’on fait l’IEF, il est beaucoup moins anxieux, a plus confiance en lui, et adore apprendre de nouvelles choses. »

« Le manque de soutien de l’école était tellement inexistant que ma fille a fini par prendre un couteau pour tenter de se suicider »

« Je voulais leur donner une enfance libre de compétition malsaine. »

 

 

5 – Pour la sociabilisation

« Pour que l’enfant puisse entrer en rapport avec les autres librement, à son rythme, sans compétition, étiquettes ou limites d’age. Et pour veiller a la bienveillance dans les dits rapports »

« On offre à nos enfants une vie sociale plus riche. Ils ont l’opportunité de se lier d’amitié avec des gens de tous les âges et de tous les milieux, à l’inverse de l’école où ils sont cantonnés à des enfants de leur âge. »

« Le groupe, cela peut se trouver sans utiliser l’éducation nationale. »

 

 

6 – Parce que l’école telle qu’elle est actuellement n’est pas adaptée à la génération future

« Je ne crois pas que le système scolaire actuel soit adapté à nos enfants. Je pense que les métiers du futur n’existent pas encore, et pour ça je préfère que mon fils apprenne des compétences qui lui permettront de s’adapter à n’importe quel métier potentiel… La créativité, la collaboration, l’esprit critique, la communication, … Il a un esprit dynamique et entreprenant, je ne m’inquiète pas pour son avenir ! »

« J’étais prof en primaire, secondaire et université et je trouve que l’éducation de l’état ne correspond plus avec les besoins de notre société actuelle ! »

 

 

7 – Pour partir en voyage

« On peut partir en période creuse… Les lieux touristiques ne sont pas bondés, et en plus, c’est moins cher ! »

« Nous avons déjà petit-déjeuné en France, déjeuné en Belgique, et dîné en Hollande. Puis passé la journée dans un safari en Allemagne. Les enfants ont ensuite décidé qu’ils avaient envie d’apprendre l’allemand ! »

« On peut partir où on veut, quand on veut… C’est la liberté ! »

« Les amis de ma fille préparent leurs examens… Pendant ce temps-là, nous, on va à la plage ! »

 

 

8 – Parce que les apprentissages se font au quotidien, dans la vie de tous les jours

« Ça commence au petit déjeuner, d’une chose en découle une autre, et la journée devient bien remplie, et ce toujours dans l’enthousiasme! »

« Mes enfants sont libres d’apprendre et ont de nombreuses opportunités de le faire au quotidien. On aime beaucoup sortir, alors on passe beaucoup de temps dehors. Et qu’est-ce qu’ils apprennent au contact de la nature ! »

 

 

9 – Pour passer du temps en famille

« Unschooling en projet comme suite logique de notre vie actuelle, parce que c’est le partage de la vie tout simplement, comme dans les sociétés dites traditionnelles. »

« Mes enfants sont beaucoup plus soudés depuis qu’ils ne vont plus à l’école. Ils sont chacun le meilleur ami de l’autre et apprécie passer du temps ensemble… Alors qu’avant ils se crêpaient le chignon tout le temps ! »

« Pour la joie de passer beaucoup plus de temps en compagnie de nos enfants qui sans nul doute grandissent bien vite. »

« J’avais envie de partager la vie avec eux ! »

« J’aime mes enfants et j’ai envie de créer des souvenirs avec eux ! Je ne veux pas gâcher des moments, surtout que les apprentissages se font tout le temps… Je veux être témoin de ce beau voyage autant que possible »

 

10 – Pour qu’ils restent complètement eux-mêmes

« Pour être sûre qu’ils soient élevés par des personnes bienveillantes. A l’age ou ils se construisent, construisent leur estime d’eux mêmes. Que leurs émotions soient accueillies, qu’ils soient élevés dans l’empathie. Pour qu’ils puissent être qui ils sont sans subir les jugements et devoir se fondre dans la masse.

« Ma fille n’a encore que 14 mois mais la raison qui m’attire dans le unschooling est de ne pas gâcher sa belle personnalité à travers les normes sociales que l’école voudrait lui imposer dès le plus jeune âge »

« Laisser « nos minis » être foncièrement eux, avec un minimum d’influences extérieurs, en commençant par la notre, qui risqueraient de les inciter de faire/vivre, vis à vis des autres et pas réellement de leur propre initiative… »

« Ma raison première est de leur offrir la liberté d’esprit afin qu’ils puissent se déployer pleinement. Les laisser être qui ils sont dans leur essence sans venir les corrompre ! »

 

Merci à Marie-Agnès, Sabine, Elodie, Sophie, Marion, Louise, Elise, Sarah, Trevor, Lisa, Gaueca, Emma, Eleonore, Diana, Jennifer, Charmaine, Tricia, Paula, Marie, Olivia, Stine, Valentine, Deborah, Shell, Blandine, Sylvie, Typhanie, et aux quelques autres parents qui n’ont pas souhaité être nommés, qui ont des enfants entre 14 mois et 20 ans et qui ont accepté de témoigner pour cet article.)
(Etudes à lire (en anglais) : « A survey of grown unschoolers », « how do unschoolers turn out », « harnessing children’s natural way of learning »)
Publicités

12 réflexions au sujet de “10 bonnes raisons de ne pas mettre ses enfants à l’école”

  1. Merci pour ce très bon et bel article. J’aimerais faire l’ief, mais mes enfants veulent aller à l’école… Je respecte leur choix même si je n’en suis pas ravie, à cause des mauvaises influences possibles et des défauts de l’école… A moi de respecter leurs choix, cependant j’ai l’impression de ne pas pouvoir éduquer mes enfants comme je le veux.

    J'aime

    1. Pareil! Les miens adorent l’école… quand ils sont malades, même avec 40 de fièvre, je dois déployer des trésors de persuasion pour les convaincre de rester se reposer… pour ma part je préférerais largement l’école à la maison, surtout que je suis totalement hypocondriaque et flippée en permanence de tous les microbes qu’ils ramènent…
      On a une grande maison avec un immense jardin et plein d’animaux, chevaux, chevre, poules…. j’essaie de leur apprendre tout ce que je peux en terme de jardinage, d’ecologie et de fait maison en général, mais ce serait plus simple et on courrerait moins s’il n’y avait pas l’école…

      Enfin bon, ils y sont si heureux et épanouis, je ne peux pas leur refuser ça!

      J'aime

    2. Mes filles ont 3 et 6 ans, et mon fils 8 ans. Jusqu’à présent, j’allais chercher tout ce petit monde le midi pour qu’ils profitent au moins de bons repas équilibrés et bios (je suis assistante maternelle ), mais cette année mon fils a absolument insisté pour manger à la cantine ! Ces enfants ne tiennent pas de moi, lol, il faut dire que, étant une enfant précoce, j’étais socialement assez mal intégrée à l’école. Mes enfants sont de très bons élèves, mais néanmoins capables de trouver leur place dans le milieu scolaire, ce qui n’a jamais été mon cas. Tous les enfants sont différents, il faut s’adapter pour tâcher de leur permette de profiter à fond de leur enfance, même si ça passe par des trajets incessants à l’école ou bien les laisser manger l’infâme tambouille de la cantine! 😆

      J'aime

  2. Je suis déjà sensible à l’IEF mais la phrase que je préfère dans cet article « pour être sûre qu’ils soient élevés par des personnes bienveillantes », ma grosse crainte concernant l’entree à l’ecole de ma fille en septembre…
    Pour de nombreuses raisons on ne peut pas/ne souhaite pas faire l’IEF mais l’option école n’est pas une option choisie avec enthousiasme pour l’instant, en espérant qu’elle s’y plaise tout de même 🤞🏼

    J'aime

  3. Mes enfants iront certainement à l’école publique mais je trouve toutes ces arguments très justes! Mais ça veut dire aussi que l’un des parents doit sacrifier son travail et moi j’aime mon job et ça fait partie de l’équilibre de la famille aussi à mon avis! Sinon je cherchais des témoignages d’ado ou d’adultes ayant vécus l’école à la maison ou le unschooling car finalement on a toujours l’avis des parents qui, bien sûr, eux sont convaincus! Sinon j’aime bcp suivre ton insta et ton blog, ça fait réfléchir à une autre manière de voir les choses 🙂

    J'aime

      1. Oui je pense que c’est faisable si on peut travailler à la maison ou avec des horaires flexibles mais ce n’est pas toujours possible!

        J'aime

      2. C’est tout à fait la question que je me posais en lisant cet article. Qui dit IEF dit un parent qui ne travaille pas et reste à la maison pour s’occuper des enfants, donc un salaire ne moins ….. du coup on vit comment ????

        J'aime

      3. Ça ne veut pas forcément dire ça, mais pour ceux qui le veulent, il suffit d’adapter ses dépenses 🙂 Il n’y a rien de secret, c’est un choix de vie ! On peut déménager dans plus petit ou dans une région moins chère, se passer de crédit, etc etc.

        J'aime

    1. La plupart des familles en IEF ont un parent qui fait le choix de rester à la maison, mais ce n’est pas du tout le cas de TOUTES les familles. Chacun trouve l’organisation qui lui convient 🙂 Il y en a qui travaillent de chez elles pour ajuster les heures, d’autres qui font deux mi-temps, d’autres qui font garder leurs enfants par des amis ou de la famille pendant qu’elles travaillent, … Et des témoignages d’ados et d’adultes, il y en a plein ! En France, il y a André Stern qui est très connu et qui a écrit le livre « Et je ne suis jamais allé à l’école ». Sinon, je recommande le documentaire « Être et devenir » 👍🏻 Et si vous comprenez l’anglais, il y a les études que j’ai mis en fin d’article 🙂

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s