Grossesse, accouchement, nouveaux-nés

Accoucher chez soi – réponses à vos questions

Il paraît que c’est la semaine de sensibilisation à l’accouchement à domicile (en Angleterre en tout cas).

aad
Naissance d’Eden

Cette photo, c’est la seule que j’ai de la naissance de notre fille. J’ai perdu toutes les autres (dans un malencontreux incident impliquant mon téléphone et des toilettes). Alors elle a beau être de mauvaise qualité, floue, prise à partir d’un appareil pourri, j’y tiens beaucoup ! Et bien-sûr, à chaque fois que je la regarde, ça me ramène à ce moment intense, la première fois que j’ai vécu un accouchement à domicile…

Comme la semaine s’y prête, je vous ai demandé sur Instagram de poser toutes les questions que vous vouliez sur le sujet. Voici mes réponses !

Vos questions générales

  • L’AAD (accouchement à domicile) est-il systématiquement accompagné par une sage-femme ?

Non, on peut aussi accoucher seule ! C’est un choix encore peu répandu et très peu compris (en France en tout cas), mais c’est possible.

  • Y a-t-il des conditions particulières ou des examens supplémentaires pour pouvoir faire un AAD ?

Pour une prise en charge avec une sage-femme libérale, il vaut mieux que la grossesse se passe bien – donc pas de souci particulier et pas de risques accrus de complications. Mais en fin de compte, en France, c’est à la discrétion de la sage-femme… En Angleterre en revanche, les sage-femmes n’ont pas le droit de refuser d’accompagner une femme qui souhaite accoucher chez elle, même si son projet est considéré comme étant « contre avis médical ». Les examens de grossesse proposés sont les mêmes que pour un suivi en maternité.

  • Comment gérer la douleur ?

Il existe plein de méthodes différentes pour gérer un accouchement sans avoir recours à la péridurale. La plupart des sage-femmes libérales proposent des cours de préparation à l’accouchement spécifiquement tourné vers une naissance naturelle. (Personnellement je n’ai jamais suivi de cours ni de méthode particulière, je me suis juste beaucoup renseignée pour ne pas stresser le jour J et pour le reste j’ai fait au feeling.)

  • Et si bébé a le cordon autour du cou ?

Beaucoup beaucoup de bébés naissent avec le cordon autour du cou… La plupart du temps, même si ça peut faire peur, il n’y a vraiment pas de quoi s’affoler. Parfois il faut stimuler un peu le bébé ou lui donner de l’oxygène, mais tout ça peut être fait à la maison comme à l’hôpital – et s’il y a le moindre doute, un transfert en maternité peut se faire rapidement.

  • Et si bébé est trop gros ?

Encore une fois, c’est un faux problème… Les gros bébés naissent très bien à la maison 🙂 Peut-être même mieux qu’en maternité, puisque les femmes qui accouchent chez elles sont libres de se mettre dans des positions beaucoup plus physiologiques qu’à l’hôpital, ce qui aide beaucoup à la descente du bébé et réduit les risques de dystocie des épaules. Et si ça arrive à la maison (que les épaules restent coincées) (c’est très rare), un changement de position et des manœuvres spécifiques sont en général les seuls gestes nécessaires pour libérer les épaules. Ce sont les mêmes qui sont pratiqués à l’hôpital.

  • Comment ça se passe s’il y a un véritable souci et besoin de césarienne ?

Pas la peine de prendre de risque, on appelle une ambulance et on se retrouve à l’hôpital pour une césarienne. Les sage-femmes qui accompagnent les AAD sont très compétentes et savent reconnaître quand quelque chose ne va (vraiment) pas. Ma sage-femme à l’époque m’avait dit qu’en cas de souci pour un accouchement en maternité, il faut en général une quinzaine de minutes pour préparer le bloc opératoire et la maman à une césarienne d’urgence. Pour un AAD, la préparation se fait pendant le trajet en ambulance et la maman est prise en charge dès son arrivée à l’hôpital, souvent dans les 15 minutes aussi. Donc en réalité on ne perd pas de temps 🙂

  • Si épisiotomie ou déchirure, faut-il aller à l’hôpital pour recoudre ?

Pas forcément. Déjà, les épisiotomies sont vraiment rares lors des AAD. Une petite déchirure peut être laissée telle quelle et guérir sans être recousue (j’en suis témoin :)) La sage-femme peut aussi recoudre une déchirure plus importante. Mais pour les déchirures vraiment plus étendue (ou qui atteint le muscle), oui, un transfert en maternité après l’accouchement est souvent conseillé.

  • Est-ce raisonnable pour un premier accouchement ?

Bien-sûr, pourquoi pas ? 🙂 Une maman confiante dans son corps et son bébé + une sage-femme compétente et respectueuse = pas de raison que ce ne soit pas réalisable !

  • Faut-il une assurance particulière ?

Non. Il existe très peu d’assurances qui remboursent (tout ou partie) des frais d’accouchement… Pourtant un accouchement à domicile coûte beaucoup moins cher à la sécu qu’un accouchement en maternité, mais quand on choisit un AAD en France, il faut sortir des sousous de sa popoche (mais ce qui est bien en France c’est qu’il y a aussi la prime à la naissance donc ça peut aider :)) En Angleterre il n’y a pas d’assurance santé et pas de frais à régler.

  • Comment assumer son choix si le bébé meurt ? N’est-ce pas un projet complètement égoïste ?

C’est très triste, mais il arrive parfois que les bébés meurent pendant l’accouchement ou à la naissance… Ça arrive lors des accouchements à domicile, et ça arrive dans les maternités. Souvent il n’y a rien qui explique ce qu’il s’est passé et rien qui n’aurait pu être fait pour sauver le bébé. Toutes les études faites sur l’accouchement à domicile ont montrées que ce n’était pas plus risqué d’accoucher chez soi qu’à l’hôpital (en fait, ça a même prouvé que c’était MOINS risqué d’accoucher chez soi car moins de risques d’interventions et de complications liées aux interventions).

 

Vos questions personnelles

  • A quel moment as-tu voulu un AAD ?

En fait, j’ai toujours été accompagnée pour un AAD, dès mon premier bébé, puisque ma sage-femme me l’avait proposé. Mais j’étais très mal renseignée sur l’accouchement en général et j’ai été déclenchée pour mes deux premiers. Noé est presque né à la maison, mais j’ai été transférée en cours de travail. Eden a donc été mon premier AAD, mais ce n’était pas la première fois que j’avais ce projet !

  • As-tu accouché debout ? Comment as-tu trouvé la force ?

J’ai accouché à genoux en me reposant sur l’accoudoir de mon canapé, mais je suis restée debout pendant la grande majorité du travail. J’avais besoin de marcher, j’ai fait les 100 pas pendant plusieurs heures, en m’arrêtant de temps en temps pour accueillir les contractions. Et à la fin, quand vraiment j’étais fatiguée, je me suis appuyée sur mon canapé où je m’endormais entre les contractions ^^

  • As-tu pris des médicaments ? (paracétamol, gaz hilarant…)

Le gaz hilarant est proposé systématiquement pour les AAD en Angleterre (la sage-femme en apporte plein !) mais non, pour avoir testé pour William et Ezra, je déteste ça ! Je n’ai rien pris.

  • Vos enfants ont-ils assisté à l’accouchement ? (Est-il prévu qu’ils assistent à l’accouchement de bébé 5 ?)

Non, ils ont passé la journée avec des amis. Ce n’est pas prévu qu’ils soient là pour l’accouchement. Certains parents ont le souhait que leurs enfants assistent à la naissance de leur petit frère ou petite sœur, mais moi j’ai besoin d’être dans ma bulle et je n’en ai pas du tout envie.

  • As-tu perdu les eaux avant d’avoir des contractions ?

Pour Noé oui, j’ai perdu les eaux d’un coup pendant la nuit et les contractions sont arrivées après. Pour Eden, j’ai eu des contractions toute la nuit du 31 décembre au 1er janvier et j’ai perdu les eaux le 1er janvier vers 7h.

  • Avais-tu prévu une ambiance spéciale pour te détendre ? (lumières, musique, …)

Non, mais il s’est trouvé qu’on avait encore quelques décorations de Noël / nouvel an (bougies, guirlandes, …) et que comme le travail a commencé dans la nuit, personne n’a pensé à ouvrir les volets… Finalement, même si ce n’était pas prévu, c’était bien d’être dans une ambiance plutôt sombre avec juste quelques petites lumières. Je ne sais pas si on refera pareil  pour bébé 5 (mais comme j’imagine qu’il va naître fin Novembre / début Décembre, il se peut qu’on ait déjà installé nos décorations de Noël ^^), on verra de quoi j’ai envie le jour J. Vu mon amour du moment pour les huiles essentielles, je pense que ce sera la seule chose que je vais essayer de mettre en place ! Quant à la musique, non, tout bruit m’insupportait… Il faut croire que je ne suis pas très sociable quand j’accouche, j’aime qu’on me laisse tranquille, qu’on ne me parle pas, qu’on ne fasse pas de bruit, qu’on ne me touche pas, bref : qu’on me laisse gérer comme si j’étais complètement seule ^^

  • Du coup, envisagerais-tu de faire un ANA (accouchement non assisté) ?

Paradoxalement, malgré ce besoin d’être laissée tranquille pendant le travail, non, je n’imagine pas un ANA. Je n’ai pas peur d’accoucher seule (je sais que mon corps fera très bien son travail et que c’est moi seule qui met mon enfant au monde), mais j’ai envie que la sage-femme soit présente pour vérifier que tout va bien pour moi et pour le bébé après la naissance. J’ai envie de profiter complètement de cette rencontre avec mon bébé et de ne pas avoir à m’inquiéter du reste (est-ce que je ne perds pas trop de sang, est-ce que le placenta est bien complet, etc…) Et c’est aussi très pratique d’avoir quelqu’un qui s’occupe du rangement pendant qu’on câline le nouveau membre de la famille… 🙂

  • Avais-tu des angoisses par rapport à une quelconque complication ?

Non, parce que j’avais passé beaucoup de temps à rechercher toutes les complications possibles et que j’étais confiante qu’il y aurait de toute façon le temps d’aller à l’hôpital en cas de réel problème.

  • As-tu / voudrais-tu accoucher dans l’eau ? (dans ta baignoire ou dans une piscine de naissance)

Non ! J’ai testé dans la piscine de naissance de l’hôpital et ça ne m’a pas plu du tout…  Certaines femmes ne jurent que par ça mais ce n’est vraiment pas mon truc. Je n’aime pas particulièrement l’eau ni la sensation d’être mouillée, j’ai vite trop chaud ou trop froid et je trouve ça pénible de régler la température de l’eau (alors que c’est si rapide d’enlever un haut ou de mettre un pull), j’aime être debout et marcher et je me sens limitée dans mes mouvements dans une piscine de naissance (alors dans une baignoire c’est encore pire…)

  • As-tu trouvé une sage-femme facilement pour accompagner ton projet ?

En Angleterre oui, c’est très facile, il a suffit que j’en fasse la demande. Elles sont une douzaine ! Et en France aussi, j’ai contacté la première dont j’ai trouvé les coordonnées dans ma région et elle était parfaite ❤

  • Ton mari a-t-il toujours été d’accord ou a-t-il fallu le convaincre ?

Il a toujours été pour. Il faut dire qu’il est très relax et ne s’inquiète de rien, alors ça a toujours été « c’est ton accouchement, c’est toi qui sais ce qui te convient ». Je précise qu’il s’est endormi à chacun de mes accouchements ^^ (Mais ça ne m’a jamais dérangée, puisque de toute façon je n’ai besoin de rien d’autre que de sa présence).

  • Si ça arrivait pendant la nuit pour bébé 5, que ferais-tu des enfants ?

Honnêtement, je ne sais pas. Si c’est tard dans la nuit, on les réveillerait pour les amener chez des amis. Si c’est au tout début de la nuit, on aviserait peut-être en fonction de la rapidité à laquelle le travail semble avancer. Mais j’aimerais vraiment qu’ils ne soient pas là, sinon je pense que j’aurais tendance à me bloquer et à faire tarder la naissance.

  • Qu’est-ce qui t’attire le plus dans le fait d’accoucher chez toi ?

Sans hésitation, c’est l’après-accouchement ! Oui bien-sûr je trouve ça formidable d’accoucher sans anti-douleurs et d’avoir un vrai accompagnement rien que pour moi (plutôt qu’une sage-femme qui gère quatre naissances en même temps…), mais ce que je préfère dans l’AAD, c’est quand c’est terminé et que je suis déjà chez moi, que je peux manger ce que je veux, dormir dans mon lit, ne pas être dérangée par les examens protocolaires, … C’est le pied !

Et vous, vous en dites quoi de l’accouchement à domicile ? Partagez vos expériences si vous l’avez déjà vécu ! ❤

 

Concours, Marques que je recommande

Gagnez un ensemble The Bonnie Mob <3

La première fois que j’ai découvert The Bonnie Mob, c’était en 2016. C’est ironique, mais on venait tout juste de rentrer en France quand je suis tombée sur cette marque anglaise… Qui a été un véritable coup de cœur presque instantanément.

Bonnie Mob7
Les pulls que j’avais achetés à l’époque

 

Ce qui m’a attiré en premier, c’était tout simplement le design de leurs vêtements pour enfants. Simples, enfantins sans être nunuches, colorés, et sans messages négatifs comme il peut y en avoir parfois dans la mode infantile. Mais ce qui a fait que j’ai continué à les suivre (malgré les prix élevés), c’est quand j’en ai appris plus sur cette compagnie et l’éthique importante qu’elle attache à son travail. Je sais pas vous, mais moi j’aime bien savoir d’où viennent les vêtements que j’achète, comment ils sont fabriqués, et comment sont traités les employés. Ça me donne envie (ou pas) d’investir quand je sais exactement où et à qui vont mes sousous.

bonnie mob insta
The Bonnie Mob n’a rien à cacher, vous pouvez apprendre plein de choses sur l’envers du décor en les suivant sur Instagram

The Bonnie Mob a été fondée en 2005 par une jeune maman qui aimait beaucoup le tricot. A l’époque, elle raconte qu’elle avait du mal à trouver des habits qui lui plaisaient pour sa fille, et sur un coup de tête, elle s’est mise au défi de lancer sa propre marque en utilisant ses talents de designer et son intérêt pour les tissus. Sa passion numéro un reste le tricot, et c’est pour ça que vous trouverez beaucoup de pièces tricotées sur son site. Mais elle utilise aussi du coton (bio). Au début, c’était une toute petite entreprise familiale, mais quand un travail est de qualité, ça se sait ! Grâce aux nombreuses commandes, The Bonnie Mob a pu se développer petit à petit, en agrandissant chaque année ses collections et en employant de plus en plus de personnel… qui se considèrent tous comme faisant partie d’une grande famille ! (Je trouve que ça en dit long sur l’ambiance de la marque quand les employés prennent plaisir à travailler ensemble).

Le slogan de la marque, c’est « Buy once. Buy well. Pass it on ». Littéralement : « Achetez une seule fois. Achetez bien. Faites tourner. » Je vous l’accorde, ça sonne mieux en anglais ^^ Mais vous comprenez l’idée : plutôt que d’acheter des habits premiers prix, mettez le prix dans quelque chose de qualité qui durera plusieurs générations – soit pour les petits frères et sœurs, soit pour les cousins, soit à donner à des oeuvre caritatives ! Ces vêtements sont vraiment pensés pour durer.

44568884_962359220641706_8571402009981222912_n
Noé et Eden deux ans plus tard, dans les pulls que portaient William et Noé à l’époque – comme neufs !

 

Et est-ce que j’ai déjà dit qu’ils étaient vraiment super beaux ? Et hyper agréables à porter (cette douceur) !

Bonnie Mob1
Ces t-shirts accordés super poétiques ❤
Bonnie Mob3
Ces couleurs !
Bonnie Mob4
Un joli pull fin plein de douceur et de poésie

Si j’avais une seule chose à reprocher à la marque, c’est de continuer à classer ses vêtements selon les genres « filles » et « garcons », alors que comme vous pouvez le constater sur les photos, la grande majorité de leurs vêtements est complètement unisexe… Et le reste est simplement une distinction de couleur bleu/rose, qui peuvent évidemment être portés par les filles ET les garçons 🙂

collection automne hiver bonnie mob
Collection Automne-Hiver 2018 – il y a plein de styles différents sur leur site internet

 

Mais pour tout le reste, je continue à recommander la marque. On a pu tester leurs vêtements depuis presque trois ans et ils tiennent vraiment l’épreuve du temps (même ceux qui ont déjà fait trois enfants). Ils sont beaux. Leur prix est justifié par leur qualité et le travail mis en place derrière. Et ils sont même engagés à soutenir des œuvres caritatives. Ça remplit beaucoup de ce que je cherche chez une compagnie éthique !

Cette semaine, The Bonnie Mob s’associe à moi pour VOUS offrir un magnifique ensemble pour bébé ❤

BILLY_BEBO_BUNNY_RAINBOW PRINT_BABY SLEEPSUIT_HAT_BLANKET_THE BONNIEMOB_AW18 copy
Celui-là ❤ (pyjama + bonnet + couverture) Tout en coton bio. Valeur : 75€. Tailles : de naissance à 18 mois.

Si ça vous tente, vous avez TROIS manières de participer au concours !

  1. En laissant un commentaire sous cet article pour m’indiquer que vous participer 🙂 (dites-moi pour qui sera l’ensemble si vous gagnez !)
  2. En participant dès demain sur ma page Facebook
  3. En participant dès demain sur mon compte Instagram

TOUTES les participations (blog, Facebook, Instagram) seront prises en compte. Vous pouvez jouer une seule fois (sur un seul de ces supports), ou deux, ou trois, si vous voulez augmenter vos chances.

Concours ouvert jusqu’à samedi 27 Octobre à midi. Le gagnant sera annoncé dans le weekend.

Cliquez ici pour suivre The Bonnie Mob sur Facebook, et ici pour les suivre sur Instagram.

Bonne chance !

(En collaboration avec The Bonnie Mob qui a offert certains vêtements aux enfants)

minimalisme, Noël

Calendrier de l’avent minimaliste – activités en famille

C’est déjà bientôt Noël ! Vous y croyez vous ? Bon d’accord, c’est pas tout de suite tout de suite, mais ce sera bientôt le moment de commencer à organiser cette jolie période de l’année ❤ Chez nous, ça fait quelques années qu’on a abandonné le calendrier de l’avent classique au chocolat ou aux playmobils pour le remplacer par un calendrier de l’avent d’activités en famille. Et tout le monde est fan !

C’est la première fois cette année que les enfants ont exprimé des souvenirs des activités qu’on avait faites l’année dernière, et ils l’ont fait avec tellement de joie et d’anticipation pour ce qu’on va faire cette année que ça m’a mis du baume au cœur… C’est vrai que ça demande un peu de préparation, mais ce sont de beaux souvenirs qu’on créé tous ensemble, et qui resteront !

noel3

Bien-sûr, à chaque famille d’adapter les activités selon son emploi du temps et ses capacités… Ici on se prépare à accueillir un nouveau bébé début Décembre. J’ai donc prévu moins de sorties et j’ai pensé à ce qui était concrètement réalisable avec 5 petits enfants et une maman qui récupère d’un accouchement ^^

Quelques-unes de ces activités seront peut-être remplacées d’ici un mois ou deux selon ce qui sera prévu dans notre ville. Par exemple, si un parc organise un événement spécial pour Noël, selon la date, on remplacera l’activité que j’ai écrite par une visite dans ce parc. Comme je m’y prends un peu tôt (^^), on n’a pas encore les dates des événements prévus cette année… C’est donc une liste provisoire, mais qui j’espère vous donnera déjà quelques idées si vous souhaitez mettre ça en place chez vous 🙂

 

  • Jour 1 : Décorer le sapin
  • Jour 2 : Prendre un chocolat chaud en ville avec tita
    • Ma soeur sera là du 30 novembre au 3 décembre alors on va profiter d’elle ! Les garçons seront ravis de sortir et moi je pourrai me reposer avec le bébé (en espérant qu’il soit né d’ici-là, hahaha)
  • Jour 3 : Veiller après le dîner pour regarder ensemble « The greatest showman » en famille
  • Jour 4 : Installer la maison de pain d’épice en feutrine et fabriquer des décorations
    • D’habitude, je prépare un grand sapin et des décorations en feutrine que les enfants peuvent accrocher et échanger à l’infini (la feutrine accroche sur la feutrine)… Mais cette année j’ai simplement acheté une maison de pain d’épice toute faite. Elle vient déjà avec quelques décorations, mais l’idée ce serait que les enfants en fabriquent d’autres avec la feutrine qu’on a à la maison 🙂

noel5.png

  • Jour 5 : Choisir une nouvelle décoration pour le sapin
    • Petite tradition familiale : on achète une (seule) décoration pour le sapin tous les ans, et on inscrit l’année dessus. On a commencé en 2011 après notre mariage, et on voudrait que ça dure… Et quand on sera vieux, on aura un sapin de Noël entièrement décoré de souvenirs 🙂
  • Jour 6 : Faire une fondue au chocolat pour le dîner
  • Jour 7 : Aller un marché de Noël
  • Jour 8 : Faire des coloriages de Noël
    • Je sais pas pourquoi mes enfants sont à fond sur les coloriages… Mais je sais que ça va leur plaire ! Encore une fois, à vous d’adapter les activités selon ce vous et vos enfants aimez faire 🙂
  • Jour 9 : Apporter des biscuits de Noël à l’église
  • Jour 10 : Journée pyjama !
    • Le top de la flemmardise et de la facilité et la joie des enfants, que demander de plus ?

noel4.png

  • Jour 11 : Lire des contes de Noël
    • Pour cette activité, je m’y prends un peu à l’avance en allant emprunter plein de livres de Noël à la bibliothèque… Je les cache, et je les sors tous en même temps ce jour-là !
  • Jour 12 : Faire un loto de Noël
    • On peut le faire soi-même, mais encore une fois j’ai choisi la facilité et j’ai téléchargé le loto ici. Ne restera plus qu’à l’imprimer et le préparer la veille.
  • Jour 13 : Envoyer des cartes de Noël aux grand-parents

noel2

  • Jour 14 : Prendre un goûter festif
    • Un classique… Pour nous ce sera certainement un grand chocolat chaud à la chantilly avec des marshmallow et des biscuits au chocolat. Quitte à prendre des calories…!
  • Jour 15 : Faire une petite balade à la tombée de la nuit
  • Jour 16 : Après-midi dessins animés et pop corn !
    • Je vous ai dit que j’avais prévu du facile 😀
  • Jour 17 : Fabriquer et décorer une guirlande en papier
  • Jour 18 : Prendre un bain spécial Noël
    • Pour ça j’achète à l’avance une boule de bain aux couleurs et senteurs de Noël (je prends les nôtres chez Lush) et on mettra une musique de Noël pendant leur bain 🙂
  • Jour 19 : Faire une vidéo de nos meilleurs souvenirs de l’année
  • Jour 20 : Dormir tous ensemble au pied du sapin
    • Encore une tradition familiale qui n’est pas prête de s’arrêter, et le meilleur souvenir des enfants !

noel6

  • Jour 21 : Emballer les cadeaux
    • Non nos enfants ne croient pas au père Noël.
  • Jour 22 : Préparer du jus de pomme épicé et des sablés
  • Jour 23 : Journée anniversaire ! Préparer un repas de Noël avec Ben et Naomi
    • On fêtera l’anniversaire de Mat et d’Ezra 🙂
  • Jour 24 : Accrocher les Christmas stockings
    • Ce sont ces grosses chaussettes de Noël dans lesquelles on met des petits extras en plus des cadeaux principaux – l’alternative anglaise aux chaussures au pied du sapin !

 

Voilà pour nous ! Qu’est-ce que j’ai hâte 🙂 Je partagerai chaque jour notre activité familiale sur mon compte instagram. Joignez-vous à nous ! (toutes les photos dans cet article datent de notre calendrier de l’avent de 2017)

Si vous avez d’autres bonnes idées, n’hésitez pas à les partager, je suis sûre que ça pourra servir à d’autres familles en manque d’inspiration !

noel1

expatriation

Trois mois en Angleterre – réponses à vos questions

Il y a trois mois (et demi), on embarquait sur le ferry pour une nouvelle vie en Angleterre ! Pour l’occasion, vous m’avez posé des questions auxquelles j’ai essayé de répondre de manière claire et concise. J’ai dû sélectionner seulement une petite poignée de questions, mais merci à tous ceux qui ont participé !

43059874_2424729104218944_3568270189705297920_n
J’adore ces petites rues anglaises

 

  • Quel est le coût de la vie par rapport à la France ?

Comme en France, ça dépend grandement des régions où on habite… Mais globalement, les loyers sont plus élevés (et les maisons plus petites), mais la nourriture coûte moins cher (mais ce n’est pas la même qualité ^^)

  • Comment la scolarité en Angleterre diffère de celle en France ?

Les enfants commencent l’école l’année de leurs 5 ans, d’abord en « reception » puis en « year 1 » etc, et font toute l’école primaire jusqu’en « year 6 ». Les journées d’école sont plus courtes ; elles varient d’une école à une autre mais tournent autour de 9h-15h30. Les enfants n’ont qu’une semaine de vacances à chaque fois, sauf à Noël où ils en ont deux. Ils finissent les cours fin Juillet et reprennent entre fin Août et début Septembre. Et surtout, tout le monde doit porter un uniforme !

  • Et l’IEF (Instruction En Famille) ?

L’éducation est obligatoire à partir de l’année des 5 ans mais il n’y a pas obligation de déclarer l’IEF, à moins que l’enfant en question ait été scolarisé auparavant auquel cas l’établissement auquel il était rattaché fait automatiquement une déclaration pour la famille. Cette déclaration se fait au « Learning Authority » (LA) du département. Le LA n’a pas le droit de s’imposer dans la maison de la famille mais peut demander un compte rendu par an, par mail ou courrier. Il n’y a aucune obligation à suivre un programme et le niveau des enfants en IEF ne peut pas être comparé à celui de leurs camarades scolarisés. Ça ne veut pas dire que tout est tout rose, parce que certains LA abusent de leur « pouvoir » en mettant la pression aux familles non-scolarisées, mais légalement, il n’y a rien qu’ils puissent faire tant que la condition de base est remplie (un compte-rendu annuel si déclaration il y a) et qu’il n’y a pas suspicion de maltraitance ou négligence.

  • Comment fonctionne le système de santé britannique ?

Tous les soins médicaux (ou presque) sont pris en charge par le NHS (National Health Service). Les visites chez le docteur et la grande majorité des prises en charge à l’hôpital sont donc gratuites pour les patients. Les enfants, les femmes enceintes (jusqu’au premier anniversaire de leur bébé), les personnes âgées, et les personnes qui reçoivent des aides ont également accès aux médicaments gratuits (sinon il faut payer), et à d’autres extras comme des lunettes de vue sans frais (si nécessaire bien-sûr). Pour prendre rendez-vous chez le docteur, il faut appeler le matin dès l’ouverture et espérer très fort qu’il reste de la place… Pour les urgences non urgentes (conseil médical, petite inquiétude, maladie du week-end, …), il existe un numéro qui permet de rediriger les patients vers le service approprié ou de les mettre en contact avec un docteur (pour les curieux, c’est le 111).

42875606_2419050614786793_211675440253763584_n
On a justement eu l’occasion de tester les soins hospitaliers récemment puisqu’Ezra s’est légèrement ouvert la tête… (Il va bien)
  • Le maternage est-il plus courant en Angleterre ?

Oui. Tous les types d’éducation alternative sont plus courants ici.

  • Est-il vrai que les gens sont plus libres niveau style vestimentaire ? (plus de styles différents, moins de jugements ?)

Carrément ! D’ailleurs, quand on est rentrés en France il y a deux ans et demi, une de nos premières réactions a été de nous dire « ben mince alors, tout le monde est habillé pareil… » Ici, chacun s’habille comme il veut, et personne ne fait attention au style de l’autre. On trouve beaucoup plus d’excentricités !

43110277_352048588867609_5777239726226407424_n
Parfait pour nous qui aimons les tenues riches en couleurs ^^
  • Pas trop dur d’être loin de la famille ?

Si un peu… Mais on va continuer à se voir régulièrement même si moins souvent. Et on reste en contact grâce à Whatsapp 🙂

  • Qu’est-ce qui vous manque le plus en France ?

La famille et les amis bien-sûr, mais aussi la nourriture ^^

  • Les enfants évoquent-ils des manques ?

Ils mentionnent leurs anciens copains de temps en temps, mais toujours coupé d’un « mais j’ai d’autres copains ici aussi »… Et ils font parfois des comparaisons amusantes, par exemple en jouant au restaurant, Ezra va commander des quenelles (ça n’existe pas ici) et William va lui répondre « C’est pas possible, notre restaurant est en Angleterre… mais je peux te donner du cheddar ! » (le fromage le plus courant ^^)

  • Qu’est-ce qu’on vous dit le plus souvent quand on apprend que vous êtes français ?

« Mais pourquoi vous êtes partis ??? » La plupart des anglais pensent que la France est un pays magnifique où il fait soleil tout le temps et où tout le monde se prélasse au restaurant, avec une silhouette parfaitement longiligne sans faire d’effort ^^

La deuxième réponse la plus courante : « Oh, je suis allé à Paris il y a 5 ans… » suivi d’une conversation sur la ville de Paris (qu’on ne connait pas).

Comment vous gérez les deux langues ? (Quelle langue parlez-vous à la maison ?)

On parle français à la maison, sauf quand on lit des livres en anglais ou qu’on reçoit des invités anglais bien-sûr… Les enfants entre eux se parlent de plus en plus souvent en anglais. Leur anglais n’est pas parfait mais ils se débrouillent très bien. Noé (qui ne parlait pas du tout la langue avant de déménager) a fait d’énormes progrès depuis qu’il va chez une nounou trois demi-journées par semaine – justement pour l’encourager à développer son anglais. Eden apprend les deux langues en même temps. A l’extérieur (avec les autres) tout le monde parle anglais, sauf quand on est chez nos amis français 🙂

  •  Fait-il vraiment plus froid en Angleterre ? Est-il vrai qu’il pleut tout le temps ?

Oh oui ! Surtout quand on vient du sud de la France… On s’est amusés à comparer les températures entre notre ancienne ville et notre ville actuelle, et il y a en moyenne entre 10 et 15°C de différence toute l’année ! Par contre, la pluie tout le temps, c’est un mythe… Il pleut peut-être plus souvent qu’en France, mais il ne faut rien exagérer. Ce qui est vrai, c’est qu’on a plus souvent un ciel gris et nuageux que du soleil.

balade quotidienne
Ça ne veut pas dire qu’il ne pleut jamais non plus ^^ (mais c’est rarement des grosses pluies !)
  • Mangez-vous vraiment différemment ?

Oui ! Il y a quelques plats typiquement anglais qu’on retrouve avec plaisir (le pain à l’ail et les fish&chips, par exemple), mais sinon il faut reconnaître que c’est moins intéressant gustativement qu’en France… On mange moins varié et il y a plus de mauvaises choses en vente que de bonnes. Il y a certains plats qu’on ne peut plus faire car les ingrédients manquent ici (par exemple les raclettes, les gratins de ravioles, …). On a un site de référence sur lequel on commandait de la nourriture française à l’époque quand on avait un coup de blues, mais ça coûte très cher, alors on se le réserve une à deux fois par an pour les moments où on en a vraiment envie. Et nos familles nous rapportent toujours quelques petits trucs de France quand ils viennent nous rendre visite 🙂

 

J’espère que cette petite FAQ vous a plu 🙂