Ma vraie vie, minimalisme

Le défi sans jouet

Vous le savez déjà, on est une famille plutôt (très) minimaliste, ce qui n’est pas hyper courant de nos jours (surtout pour une famille nombreuse avec des enfants en bas âge).

J’ai partagé il y a quelques temps sur Instagram une photo de la totalité des jouets de nos enfants :

36630725_2240337169324806_1080892300302745600_o

Pas de triche, il s’agit de l’ensemble des jouets des quatre enfants réunis, excepté les vélos, un tigre blanc qui a refusé d’être pris en photo, et le matériel créatif (que je vous montrerai une prochaine fois). Cette photo comprend donc leurs jouets d’intérieur, d’extérieur, les déguisements, les jeux de société, et les jouets de bain. Ils n’ont RIEN D’AUTRE.

Vous avez été nombreux à réagir en me disant pour la plupart que c’était de la folie, ou bien que vous rêveriez de faire du tri mais que vous en étiez bien loin, ou encore que vous ne compreniez pas comment aussi peu de jouets pouvaient suffire à des enfants de 1 à 6 ans.

Non, au quotidien, nos enfants ne s’ennuient pas.

Ça leur arrive parfois, bien-sûr. Pas souvent, mais l’ennui pointe le bout de son nez de temps en temps. Comme chez tout le monde il me semble, quelle que soit la quantité de choses matérielles qu’on possède. Mais l’ennui n’est pas à fuir absolument… C’est en fait une super opportunité pour développer l’imagination et l’intelligence !

Faire le choix d’avoir peu quand on a des enfants, ce n’est pas toujours compris par l’entourage, mais c’est motivé par plein de bonnes raisons :

En achetant peu, on peut se permettre d’acheter mieux ; des jouets plus chers, de meilleure qualité, et d’un intérêt beaucoup plus qualitatif… et on fait même des économies !

Les enfants se contentent de peu : ils ne réclament pas, sont heureux avec ce qu’ils ont, prennent soin de leurs affaires, et ne s’attendent pas à recevoir des jouets à tout bout de champ (et ils ne sont pas malheureux ni frustrés !)

– Avoir peu de jouets aide à développer l’imagination, le partage, et la créativité.

Le salon est rangé en à peine quelques minutes (c’est un gain de temps non négligeable !) et c’est la preuve que famille nombreuse ne veut pas forcément dire maison en bazar… Et on vit beaucoup mieux dans une maison rangée que dans une maison encombrée !

– Souvent, quand il y a beaucoup (trop) de jouets, les enfants passent de l’un à l’autre rapidement sans vraiment prendre le temps d’en étudier un sous toutes ses formes. Réduire le nombre de jouets leur permet de se concentrer plus longtemps sur un jeu en particulier avant de passer à autre chose.

– Les enfants se dirigent naturellement plus souvent vers les livres et l’art, ce qui leur permet de mieux comprendre et communiquer leurs émotions et leur imagination.

Peu de choses = plus de temps ! On passe plus de temps les uns avec les autres, on fait plus souvent l’effort de sortir… Donc les enfants partagent plus ensemble, avec nous, et avec leurs copains, et ils bougent plus !

Les enfants sont naturellement curieux et joueurs : même sans jouets, ils trouvent le moyen de s’amuser et d’apprendre ! Les objets du quotidien sont leurs meilleurs alliés.

 

C’est sur ce dernier point que je voudrais rebondir… Souvent, quand on me fait une remarque sur la petite quantité de jouets des enfants, je réponds que « Même sans jouets, ils ne seraient pas malheureux et s’amuseraient tout autant ! »

Mais c’est vrai que je ne connais personne qui a tenté d’élever ses enfants sans jouet du tout.

Alors j’ai eu envie de nous lancer ce défi.

Pendant un mois, on va leur retirer tous les jouets.

Le but n’est absolument pas de les frustrer et le défi n’est évidemment pas lancé par méchanceté ou punition.

Je relaierai chaque semaine nos impressions à tous sur Instagram (et plus souvent en story), et je reviendrai ici dans un mois pour faire un bilan.

 

Avant de commencer, voici les règles et conditions qu’on s’impose :

On retire : tous les jouets d’intérieur, d’extérieur, les jouets de bain, les jeux de société, les peluches.

On garde : les livres, le matériel créatif, les doudous, l’utilisation de l’ordinateur pour les dessins animés éventuels.

SI UN ENFANT DEVIENT CONTRARIÉ à n’importe quel moment de ce défi et réclame un jeu, on le lui rendra. Parce que le but, c’est de voir s’ils arrivent vraiment à jouer avec rien, mais évidemment pas de les frustrer ni de les traumatiser ! (Encore une fois, ils ne sont pas punis) Bien sûr, on sera honnêtes et on vous le dira. On verra à la fin combien (si c’est le cas) de jouets ont retrouvé leur place dans le salon.

Ne vous en faites pas, on prend bien soin de nos quatre amours, et je peux vous garantir qu’ils ne souffriront pas de cette expérience. C’est un simple défi pour voir comment ils réagissent, qu’on partagera avec vous. A la fin du mois, on en profitera certainement pour refaire un tri et réévaluer les jouets qu’on garde, mais on n’a pas prévu de se débarrasser totalement des jouets pour toujours 🙂

Alors, est-ce que les enfants ont vraiment BESOIN de jouets pour s’amuser ?

Rendez-vous dans un mois pour le bilan final !

20 réflexions au sujet de “Le défi sans jouet”

  1. Bonjour HÉloïse
    Waou je trouve cela génial !
    Je pense au contraire que l’ennui est un soucis pour les enfants débordant de jouets car justement ils sont tellement habitués à ce qu’on leur présente des choix de jeux, de couleur et d’univers qu’ils ne savent plus trop inventer eux même et deviennent finalement dépendant des objets. Ma fille a eu bcp moins de jouet que son grand frère et elle joue bcp mieux.
    Bisous à vous 6 Et demi ❤

    J'aime

    1. bonjour!
      je me permet de rebondir sur votre commentaire. Je ne pense pas que la quantité de jouets joue sur l’ennui ni même les arguments donnés dans l’article (à part le bazar, ça…)
      evidemment je me base sur mon expérience personnelle, 4 soeurs avec en moyenne 5 ans d’écart à chaque fois et une véritable montagne de jouets (mais vraiment vraiment beaucoup , je ne dis pas que c’est bien hein ^^) Nous ne nous ennuyons que rarement et passions nos journée soit à fabriquer tout un univers avec les jouets soit à jouer aux « jeux imaginaire »
      Nous avons appris à ne pas réclamer, partager (ça c’est aussi le fait d’être nombreux à la maison je pense) et de ne pas abîmer les choses.
      J’adore lire et maintenant que nous sommes adultes (ado pour la dernière) nous envisageons ou avons toutes une carrière dans le dessin.
      Après je trouve que le défi est sympa, on voit bien que l’objectif est positif et je vous souhaite de bons moments ensembles

      J'aime

      1. En fait, ça a été prouvé que ça joue sur tous ces points 🙂 et pour être passés de PLEIN (trop) de jouets à seulement quelques uns, je peux vous assurer qu’on voit vraiment la différence et le bénéfice au quotidien. Pas seulement chez les enfants, mais aussi chez les parents 🙂 Bien-sûr cela n’empêche pas les familles qui choisissent de rester matérialistes d’avoir de belles valeurs également !

        J'aime

  2. Je suis très curieuse du résultat. Déjà la phrase ‘moins de jouets, moins de rangement’ me fait rêver. Mais chez nous on est pas minilaliste, donc j’admire.
    Par contre, je me demandais… Et les parents, est ce qu’ils laissent leurs jouets aussi. Ou vous n’utilisez peut être vos tablettes et smartphones qu’à des fins pédagogiques ? (vraie question, pas de sous entendus ni ironie, à l’écrit ce n’est pas toujours clair)

    J'aime

    1. On n’utilise pas la tablette. L’ordinateur on s’en sert le soir quand les enfants sont couchés. Le smartphone c’est au même titre que les enfants le dessin animé : de temps en temps ! (et souvent pendant la « sieste »)

      J'aime

  3. Très très intéressant ! J’ai hâte de voir ce que ça va donner 🙂 est ce que vous avez demandé aux enfants ce qu’ils en pensent avant de vous lancer ? Vous disiez aimer écrire, vous pourriez écrire un livre sur l’éducation et le minimalisme !!

    J'aime

  4. En même temps je suis persuadée qu’ils n’ont pas besoin de jouets. Je vois mon aînée s’amuse bien mieux avec une cuillère en bois ou une tasse ou un rouleau d’essuie-tout que parfois avec ses jouets. Ici aussi elle a peu de jouets car on a pas de place et en plus préfère qu’elle explore a fond. Impossible quand ils sont sollicités par un trop grand nombre de jouets. Mais au final elle joue peu. Elle préfère cuisiner avec son père ou moi, nous aider a vider le lave vaisselle, plier le linge, passer l’aspirateur. Bref elle s’amuse avec nous quand nous sommes pris par les tâches quotidiennes. (Elle a 23 mois, pourvu que ça dure). Par contre ici écrans bannis complètement.

    J'aime

  5. Wow! Je salue votre courage d’avoir choisi le minimalisme. Chez nous c’est loin d’être le cas. Trop je jouets BEAUCOUP trop!!! Et la tablette ou iPad alors là j’essaie de gérer le temps mais pas évident. Votre idée d’un mois sans jouets me donne envie de faire pareil mais avec les iPad. Pas certaines que ça va passer au conseil de famille. Mais je vais essayer par une semaine et ont verra bien. Au plaisir de savoir le résultat de cette expérience

    J'aime

  6. Ce défi m’interpelle. Le minimalisme a fait son entrée chez nous il y a plus d’un an et j’ai immédiatement constaté les bénéfices qu’apporte le fait de réduire le nombre de jouets. Depuis notre grand tri des jouets, leur nombre continue de décroître et ces bénéfices s’accentuent…Du coup, pas de jouets du tout, ça me parle. J’ai hâte de voir comment ça va se passer chez vous.
    Petite question : si vos enfants semblent parfaitement se passer de leurs jouets pendant ce défi, est ce que vous les leur rendrez ?

    J'aime

  7. Ici, on pratique ce défi à petite dose en partant le temps de quelques jours chez des amis sans enfants. Un passage dans la cuisine, une casserole, une cuillère en bois et deux trois bricoles plus tard et voilà le stock de jouet constitué !

    J'aime

  8. Nous sommes partis en vacances 2 semaines et demi. Les enfants (2 ans et 4 ans) n’ont pris que leur doudou et un tracteur playmobil et 2 vaches schleich…et aucun soucis…donc effectivement je pense qu’ils n’ont pas besoin de beaucoup, à condition d’avoir des feutres, un accès à l’extérieur (pour trouver des cailloux, du bois, des fleurs (, et surtout des parents disponibles pour sortir, visiter, se balader…

    J'aime

  9. Comment avez vous fait respecter votre choix du minimalisme en matière de jouets à votre entourage. Chez nous, c’est les grands-parents et amis qui bien que briefés ont recouverts notre garçon de jouets! Merci

    J'aime

  10. ah la la… ici, on a des jumeaux de presque 11 mois et je me bats pour que ma belle mère arrête d’acheter des jouets… (toutes les 2-3 semaines, elle arrive avec un nouveau truc!) Ils ont des jouets préférés en ce moment… au choix: des pinces à linge, les dessus de plat en silicone, mes chaussons, une paire de tong que je leur ai donné et puis, leurs cubes gigognes et leurs balles… le reste, ils le sortent et jouent un peu avec mais préfèrent largement se mettre debout, cavaler partout à 4 pattes et grimper sur la table basse… Et puis je fais un roulement dans les jouets de toute façon… s’il y en a trop, ils ne jouent pas avec! je m’en vais sur IG suivre l’expérience!

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s