Ma vraie vie

Un début difficile

Suite à l’annonce d’hier, je vous partage un texte que j’ai écrit quelques semaines après le début de grossesse :

 

Je regarde la deuxième barre devenir de plus en plus foncée sur le test de grossesse.

Le choc.

La panique. Je ne suis pas prête. Ça fait des mois que je le dis, que je le répète : je ne suis pas prête à revivre une nouvelle grossesse maintenant. Je ne suis pas prête physiquement. Je ne veux pas revivre les nausées, les insomnies, les douleurs, l’accouchement… Je ne suis pas prête moralement. Je ne veux pas mettre un terme à ce projet d’adoption qui me tient tellement à cœur.

La culpabilité. J’aurais dû faire plus attention. Comment une femme de mon âge peut-elle oublier sa contraception ?

La colère. Comment LUI a-t-il pu l’oublier ?

La panique, encore. Des flots de larmes. Au secours, je ne suis pas prête, je ne veux pas de ce bébé.

Le doute. Mais je saigne, depuis des jours ; ce n’est pas du vieux sang, c’est bien rouge : je fais peut-être une fausse couche ? Si ça se trouve, je panique pour rien.

Puis, l’attente. Je ne saigne plus.

Mathias est content. Ça m’angoisse. Pourquoi est-il content ? Ce n’était pas prévu. A-t-il déjà tiré un trait sur l’enfant qu’on s’imagine depuis un an, celui qu’on va adopter ? A-t-il bien compris que je n’étais pas prête ?

Et puis un matin, je me rends compte que je saigne à nouveau. Et, assise sur mes toilettes, j’ai une réaction qui me surprend : je fonds en larmes. Malgré tous mes efforts pour ne pas y penser, je me suis attachée à ce bébé. Il n’était pas du tout prévu, mais maintenant qu’il est là, je ne veux pas qu’il s’en aille. Je ne suis pas prête à revivre une grossesse. Je le suis encore moins à subir une fausse couche.

C’est la tristesse qui m’envahit maintenant. Et un peu d’espoir, un tout petit peu d’espoir. Pour la première fois, je caresse mon ventre et je parle à mon bébé. Accroche-toi s’il-te-plait, accroche-toi, je t’en supplie, ne pars pas.

Aux urgences, on m’annonce que je fais une fausse couche.

Voilà, c’est comme ça, ça devait arriver. Je m’en doutais, vu tout le sang que j’ai perdu. Je ne ressens plus rien. Peut-être que je suis dans le déni.

Mais quand je rentre et que j’en parle à Mat, il a beaucoup de peine. Il s’est déjà investi moralement dans cette grossesse. Il en a même parlé à une inconnue au parc ! Il pleure. Lui qui pleure si peu. Ça me fait mal au cœur. Que puis-je faire d’autre que de pleurer avec lui ?

Je culpabilise tellement. De ne pas avoir su que j’étais enceinte alors qu’à y réfléchir, il y avait déjà des signes. De ne pas avoir pris soin de moi. D’avoir mal réagi en voyant le test de grossesse positif… C’est surtout ça qui me brise le cœur. Ce bébé n’est resté que quelques jours à l’intérieur de moi, et la seule chose que j’ai su lui offrir, c’est le sentiment de ne pas avoir été voulu. Il méritait mieux que ça.

Le week-end est bien noir. On ne trouve rien d’autre de mieux à faire que de pleurer ensemble. On est bien, en fait. On est bien à souffrir ensemble. On se comprend. On parle peu. Juste ce qu’il faut. On a décidé que le bébé était un garçon. On lui a donné un prénom. On se demande si il compte comme un de nos enfants ? Oui, il compte. On se pose des questions de logistiques. Qu’est-ce qu’on répondra aux gens qui nous demanderont combien on a d’enfants ? « 4 avec nous, 1 au Paradis » ? Et l’enfant qu’on va adopter, ce sera notre cinquième ou notre sixième ? Ça n’a pas d’importance, il n’est plus là. Tristesse, désespoir. On fait le deuil.

Paradoxalement, au milieu de tout ça, on est en paix. Je n’ai jamais aussi bien dormi ces derniers jours que depuis plusieurs années. Je suis reposée. Je suis paisible. Mathias aussi. On s’autorise à sourire.

Concentrons-nous sur les vivants. Notre tout petit bébé ne souffre pas. Nos autres enfants ont besoin de nous.

Le lendemain, je refais une prise de sang pour vérifier que mon taux d’hormones est bien descendu et que je n’aurais pas besoin d’un curetage. Ce serait ma hantise : je déteste les hôpitaux… J’y vais à reculons, la gorge serrée.

Je regarde les résultats sur internet le midi même. J’ai peur. La page s’affiche.

Le verdict est devant moi : mon taux d’hormones est remonté. J’ai la sensation de me prendre une claque en pleine tête. Qu’est-ce que ça veut dire ??

Ca tourne, trop d’émotions se chamaillent : le choc, l’espoir, la colère, le soulagement, la panique, la tristesse…

Je ne m’attendais pas à ça !

Ça veut dire que notre bébé s’est accroché ?

On nous a laissé faire le deuil d’un bébé qui n’était pas parti ?

Ouf, je n’ai pas fait de fausse couche…

Attendez, je suis enceinte ? Mais je ne suis pas prête !

Oh non, ça veut dire qu’on doit annuler notre projet d’adoption ?…

La commission nous a accordé l’agrément d’adoption le jour où j’ai appris que j’étais toujours enceinte. Quelle drôle d’ironie.

Je ne sais plus quoi penser. Être triste, me réjouir ? Où suis-je censée me situer maintenant ? Quelle est la légitimité de mes émotions au milieu de cette tempête ?

Je dois me réjouir, bien-sûr. Une nouvelle vie est un cadeau. Qu’elle soit arrivée par surprise ne veut pas dire qu’elle ne fait pas partie d’un plan plus grand que le mien. Il va juste me falloir du temps. Et je pense qu’il n’y a rien de mal à avoir besoin de temps.

Petit bébé, merci de t’être installé sans y avoir été invité.

18 réflexions au sujet de “Un début difficile”

  1. Bonjour,
    Merci pour ce témoignage. Il m’a fait pleurer. J’ai un enfant de dix mois et j’aimerais en avoir d’autre assez rapidement… Mais je n’ai pas envie d’être enceinte à nouveau, ça me fait peur, j’ai très vite perdu de la mobilité pendant ma première grossesse et ça a été (pas que) dur moralement… Et d’un autre côté je sais que je veux vivre un accouchement qui se passerait bien, pas à l’hôpital, avec son stress et ses contraintes.
    tim

    J'aime

  2. Quel joli texte ! J’ai vécu quelque chose de similaire et je comprends tellement ! Tout le bonheur du monde … aucun enfant n’arrive par hasard 💙 c’edt Une question de temps, parfois moins, parfois plus …

    J'aime

  3. Aucune ironie pour moi, le fait de recevoir l’agrément le jour de la confirmation de cet événement… Tout à une signification quand on y réfléchit 😉

    J'aime

  4. Je me reconnais dans ce texte, j’ai eu aussi un bébé surprise, non prévu avec suspicion de fausse couche. J’ai aussi prié pour qu’il s’accroche après avoir pris conscience qu’il pouvait partir… Aujourd’hui ce bébé à 6 ans et fait mon bonheur et ne sais pas tout ce qu’il a pu m’apporter dans ma vie, son petit frère lui qui était prévu m’a apporter aussi beaucoup . Rien n’arrive au hasard 😉 Tous mes vœux de bonheur pour vous et votre famille 🙂

    Aimé par 1 personne

  5. Bonjour
    J’ai longtemps hésité avant de commencer.
    Quel joli texte! Beaucoup d’émotions en quelques mots.. Je sais que ça ne sert à rien mais je voulais vous dire que je vous en ai beaucoup voulu.. oui je vous en ai voulu alors que je ne vous connais pas.. une grossesse non voulue.. Je déteste cette expression si douloureuse pour moi qui ne peux pas avoir d’enfant sans aide médicale. Beaucoup de jalousie car la vie est injuste. Vous avez 4 merveilleux enfants, un beau projet dadoption, la vie vous fait un cadeau et moi, elle a choisi de me reprendre l’un des miens. Ma première grossesse à été difficile, jai accouché à 28SA et l’aîné de nos jumeaux nous a quitté 4 jours après sa naissance.
    Aujourd’hui , je regrette ma réaction disproportionnée. La vie est injuste et ce n’est certainement la faute de personne..
    Je devrais être heureuse de voir de belles choses arriver et garder espoir en la vie 😊 Je vous souhaite beaucoup de bonheur pour cette grossesse et pour votre jolie famille, vous avez eu suffisamment de frayeur comme çà!
    Je suivrais votre grossesse avec plaisir
    Et croisez les doigts pour moi 😊

    J'aime

    1. Je suis sincèrement désolée pour ce parcours difficile que vous avez eu. Merci d’avoir pris le temps d’écrire ce message ! Et je vous souhaite de tout mon cœur une suite un peu plus belle et une vie entourée de vos enfants…

      J'aime

  6. Vous êtes admirable dans l’acceptation que ce bébé fasse partie d’un plan plus grand que le vôtre. J’espère que malgré ce début difficile vous aurez une belle fin de grossesse et un magnifique petit bouchon dans quelques mois (mais ça je n’en doute pas).

    J'aime

  7. Quand j’ai appris il y a 7 ans Que j’attendais mon petit dernier,j’en est voulu à la terre entière .J’avais déjà 5 enfants ,j’étais comblée.Ce n’était pas dans mes plans ,Je l’est considéré vraiment Comme une épreuve Que la vie me faisait enduré.Il m’as fallu du temps pour investir ma grossesse .Maintenant qu’il est là je sais pourquoi Il Nous à choisi .Mon petit garçon est porteur autisme et Il Nous à permis de porter un autre regard sur la vie ,Sur l’handicap ,Il Nous à tous enrichie et soudés encore plus . Alors oui des fois nous ne planifions pas toutes nos grossesses mais tout à une raison d’être .
    Ps:mon petit garçon se prénomme Noé 😌

    J'aime

  8. Bravo pour ce nouveau bébé. J’ai aussi connu des pertes de sang quotidiennes pendant les 2 premiers mois pour mon ainé, et l’annonce d’une fausse couche par ma gynéco, et mon « bébé » a aujourd’hui 5 ans. L’ascenseur émotionnel est difficile mais ensuite ça passe pour se concentrer sur l’essentiel. Plein de bonheur à vous 🙂

    J'aime

  9. Ma chère Héloïse,
    je sentais bien que tu devenais distante ces derniers mois. Je te ressentais differente. Ne culpabilise pas! Il est humain d’avoir des périodes où nos réactions sont fortes et pas forcément idéales. Nous ne sommes pas parfaits. Tu es une femme généreuse avec un coeur énorme. Tu avais juste besoin que cette réaction instinctive sorte par des larmes et des questions. Tu n’es pas une mauvaise personne pour autant. Je suis ravie que ce petit bout ce soit accroché, il te prouve déjà la force de son attachement à être accueilli dans ta famille. Quelle chance.
    Mat est si sensible à sa façon je ne suis pas étonnée qu’il ait eu tant de chagrin quand on vous a parlé de fausse couche.
    Tu es une bonne maman Héloïse, tu es une femme merveilleuse et une amie comme je rêverai d’avoir. Courage
    Nous sommes là

    J'aime

  10. Oh merci beaucoup pour ce texte! Je suis enceinte de mon 3e bébé 34 semaines et c’est un bébé surprise. C’était dur… je n’étais pas prête pour cette grossesse et du coup même si je me réjouis, il y a des moments vraiment difficiles. J’ai de la peine à faire des concessions pour la grossesse… et pourtant je suis terrorisée à l’idée de le perdre. Tellement de contradictions dans cette grossesse… ça me soulage de te lire. Je me sens plus normal… Alors que tout le monde attend de moi la joie et le plaisir d’acceuillir ce nouveau bébé, moi je me sens pas prête, pas prête pour les concessions, pas prête pour mon corps qui change encore, pas prête pour un nouvel allaitement, pas prête pour un nouvel accouchement, pas prête pour tout … et si j’en parle on me dit  » oui mais dans le fond tu le voulais quand même ce bébé »…. beaucoup de culpabilité… je me réjouis mais j’ai peur… Ça fait vraiment du bien de te lire et voir que je ne suis pas seule avec mes sentiments contradictoires et culpabilisant. Merci!

    J'aime

  11. Merci pour ce beau récit, sincère et nuancé. Oui la maternité entraîne toujours des sentiments ambivalents envers le bébé, d’autant plus quand la grossesse n’était pas prévue. En tout cas, j’ai remarqué dans mon entourage que ces enfants surprises deviennent toujours la joie de leurs parents, et ont souvent une relation de très grande proximité avec eux. Alors pour toutes mes mamans qui attendent un bébé non prévu, haut les coeurs ! vous êtes merveilleuses, l’amour naîtra en vous et ce bébé vous comblera 🙂 (c’est valable pour les papas aussi !)

    J'aime

  12. Votre texte m’a fait penser à une chanson de Lynda Lemay « Maudite prière « .. L’acceptation d’une nouvelle grossesse peut prendre du temps, toutes les mamans savent que la grossesse c’est loin d’être ces 9 mois sereins et épanouis que nous vendent les pubs : films etc. Bon courage ..

    J'aime

  13. Quel joli texte ! Il me parle vraiment car je suis dans la même situation… Bébé non prévu au programme, des sentiments très contradictoires le concernant… Mon rêve d’avoir un autre enfant se réalise, je commence à idéaliser le futur avec lui, mais en même temps, je n’en veux pas, il me chamboule à l’intérieur, il chamboule nos projets… Je n’ai pas vécu de saignements pour cette grossesse et, malgré tout, j’ai du mal à croire que celle-ci est réelle… Demain, je vais avoir l’échographie du 1er trimestre et on verra bien si le déclic se fera… ou pas ! En tout cas, pour vous, je ne doute pas que ce petit être à venir sera comblé comme ses frères et soeur. Bon courage à vous, le meilleur est à venir !

    J'aime

  14. Bonjour Héloise,
    Je suis émue aux larmes par ce récit. Je perçois ce nouveau cadeau du ciel comme un message. Celui que vous avez encore beaucoup à offrir à ce monde. Chacun de vos enfants pourraient potentiellement adopter à leur tour et apporter quelque chose de spécial à ce monde à l’avenir, alors que sur l’instant présent c’est votre noyau familial qui s’agrandit. C’est très beau. Faites vous confiance, tout devrait aller pour le mieux. Je vous adresse mes félicitations pour cette nouvelle aventure, et vous souhaite le meilleur à venir.
    EM.

    J'aime

  15. Bonjour Héloïse,
    Quelle magnifique texte!
    Je suis certaine que tu sauras vite accepter ce plan plus grand que le tien.
    Je suis aussi ravie de découvrir que je partage une nouvelle grossesse avec toi. Ma fille est née en Février 2017 et le deuxième est prévu pour Novembre…bon tu en as trois d’avance sur moi donc je te tire sincèrement mon chapeau !
    Vous êtes un exemple à suivre et quand je te lis je me dis que tout n’est pas perdu et qu’on peut avoir confiance dans le genre humain !
    Belle continuation.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s